L’association dénommée"« En Quête de Découverte » 

ne bénéficie d'aucune subvention publique. 

Le soutien des donateurs particuliers est donc essentiel pour que perdure l’association. 


André Rouy, était à l'origine, avec une centaine d’autres bénévoles, de la création d'un train touristique qui a circulé durant quelques années entre Vogüé et Saint-Jean-le-Centenier. Il est l'auteur de plusieurs livres sur la région, dont « La Fabuleuse Histoire du Chemin de Fer en Ardèche Méridionale ». L'activité de guide et animateur de Pays lui a valu son surnom de « Dédé l'Ardéchois ». L'été, en soirée, il fait visiter son village aux touristes et la balade se finit dans le petit musée dédié aux trains créé ici, dans le village de Meyras qui n'a, pourtant, jamais vu passer le moindre train. 

Mais André Rouy descend d'une famille de cheminots :

« J'ai du sang de cheminot dans les veines puisque mon père et mon grand-père étaient tous les deux chefs de brigade et ma mère et ma grand-mère étaient toutes les deux gardes-barrières. Ma mère fut la dernière garde-barrière au passage à niveau de Labégude/Vals-les-Bains. J'ai créé le musée car il y a une trentaine d'années, j’avais milité avec l'association « Viaduc 07 » pour la sauvegarde du patrimoine ferroviaire. Quand on a su que la SNCF abandonnait ses lignes en Ardèche, on a créé avec beaucoup de difficultés une association qui a très bien fonctionné. Mais on nous a imposé des choses invraisemblables ».

Le chemin de fer a disparu.

- 9 mars 1969, le service des voyageurs sur les lignes de chemin de fer de l’Ardèche méridionale disparaît. 

- 1er avril 1988, le transport marchandises est supprimé mettant ainsi fin à tout trafic sur nos voies ferrées. 

Au total, 5 lignes de chemin de fer irriguaient l'Ardèche méridionale. Même au fin fond du département, dans son petit village, André constate qu'il y a un réel engouement pour les chemins de fer et leur histoire.

Dédé a gagné...


Depuis le 1er avril 2018,  8900 personnes ont déjà embarqué à bord du train « Nostalgie » et viennent de l’Ardèche, des départements voisins et même des quatre coins du monde. 24 nationalités différentes ont​ découvert le musée dédié au chemin de fer et de nombreux cadeaux sont venus enrichir la collection. 

Dédé l’Ardéchois, auteur du livre 

« La fabuleuse histoire du chemin de fer en Ardèche Méridionale » 

raconte, toujours avec émotion, le passé ferroviaire 

aux visiteurs passionnés de trains.


Histoire d'un réseau "Le Confinement"

Pendant cette période très difficile que nous venons de traverser, j'ai créé ce réseau, en 4 modules, en HO et HOe.  Le train circule entre les gares de :"Corona" et "Virus" en franchissant les viaducs du: "Covid" et du "Closter".

Vous pourrez également découvrir le dépôt des carburants "Symptômes", le château de la "Chloroquine" et la chapelle "Sainte Epidémie".

Un grand voyage dans le temps

Ligne Alès - Robiac - Vogüé - Le Teil

Ouverture de la ligne Robiac - Alès le 1er décembre 1857 et celle de Gagnières - Robiac le 11 septembre 1871. 

Le 22 mai 1876 les sections suivantes ont été mises en service :

– Le Teil - Rochemaure - Meysse - Cruas - Baix - Le Pouzin (24,800 km). La création de la ligne a également permis la liaison avec la ligne impériale Paris - Lyon - Marseille par l’intermédiaire de la ligne déjà existante Privas - Livron.

– Le Teil - Villeneuve-de-Berg - Vogüé - Ruoms - Vallon - Gagnières dans le Gard (67,600 km). Elle a été construite pour amener le charbon du bassin cévenol afin d’alimenter les installations industrielles du Pouzin et de La Voulte.

La cité du Teil prit alors rapidement l’aspect d’une petite ville industrielle, avec l’ouverture de la ligne du Teil à Nîmes, le 30 août 1880.